Les événements violents font régulièrement la une de nos journaux et nous laissent la sombre impression que la violence est omniprésente. Da fait, elle existe dans la nature, mais l'être humain semble avoir cette particularité de l'amplifier. Que nous en soyons témoins, victimes ou même involontairement acteurs, nous sommes tous plus ou moins touchés par la violence. Elle nous heurte, rien que d'en entendre parler. Si de plus nous sommes convaincus de devoir nous battre pour obtenir ce dont nous avons besoin, la violence n'est-elle pas déjà dans notre esprit avant de se manifester ?

Au moment où Noël déploie un peu partout ses charmes de douceur, ses envies de trêve et ses espoirs de paix, osons regarder derrière le décor, cette part obscure et affligeante qui agite notre monde. Prêtons un peu notre attention à cette culture pleine de violence dans laquelle nous baignons. Elle engendre bien des drames et met en péril, non seulement l'intégrité de l'individu, mais aussi notre environnement et notre humanité toute entière.

Mais quelle justification peut-on donner à cette furie destructrice? >Les inégalités, l'indignation, le sentiment d'injustice, l'intolérance, le manque de repères..? "Oeil pour oeil et tout le monde sera aveugle" disait Gandhi. Notre civilisation n'a-t-elle pas d'autres attouts pour répondre à la violence autrement que par la violence?

De manière beaucoup moins tapageuse, nous entendons aussi parler de la "non violence". Petite lueur d'espoir, elle aussi est en route pour nous apprendre à modifier nos comportements, à transmuer la violence et apporter de la douceur là où règnent la colère, la hargne, la fureur.

Mais colère n'est pas nécessairement violence ! Il y a violence, quand nous utilisons la force pour arriver à nos fins. La colère, par contre, est une émotion passagère. C'est un sentiment humain qui naît souvent d'une blessure. Pour assainir, la colère agit comme une purge. Il est utile et même salutaire de pouvoir l'exprimer. Nous vous proposerons plus loin quelques clés pour éviter de nous laisser submerger par ce bouillonnement intérieur. En réalité, par manque d'équité, de respect, d'écoute, d'amour, beaucoup de gens hurlent leur mal-être, la peur et la haine finissent alors par prendre le dessus.

Il y a vraiment urgence aujourd'hui d'éveiller les consciences, de briser la coque de l'indifférence, de soigner les plaies qui gangrènent notre humanité. Chacun peut déjà faire sa petite part en affûtant son éthique personnelle dans le sens de la plus grande bienveillance, envers soi-même, envers autrui et envers la nature qui nous nourrit. Pour adoucir le monde, il nous faut du courage, beaucoup de courage et autant d'imagination: "imagine" "Imaginez une fraternité d'hommes..." chantait John Lennon. Inspirant...non ! Alors, racontons-nous de nouvelles histoires, des histoires de partage, de solidarité, des histoires de paix et d'amour, de histoires de.. NOËL et, de tout notre coeur, efforçons-nous de les rendre vivantes.

Enfin, à nos tables de fêtes.. invitons l'espérance !

                                                                                   Brigitte